Hyper attachement chez le chien : quelles sont les solutions ?

L’hyper attachement d’un chien à son et/ou ses maîtres est un véritable problème. Nous avons déjà entendu des propriétaires de chien dire « c’est un calvaire, je ne suis plus quoi faire ! ». En effet, les comportements générés par le chien qui « souffre » de ce problème vont être la destruction de plusieurs éléments à l’intérieur du logement, des aboiements intempestifs ou encore des malpropretés. Ce comportement est désagréable. Il peut vous causer des ennuis importants, jusqu’à l’intervention des forces de l’ordre pour trouble du voisinage à cause des nuisances sonores.

Dans cet article, nous allons étudier les deux détachements que subit le chiot jusqu’à ses 4 premiers mois de vie. On abordera les symptômes de l’anxiété de séparation dans une seconde partie. Enfin, la troisième partie évoquera des solutions qui peuvent avoir lieu en cas d’hyper attachement.

Deux détachements successifs pour le chiot

Quand il naît, le chiot va avoir des relations étroites avec sa mère. C’est elle qui va lui apprendre les premières choses de la vie, et notamment le comportement à adopter. Certaines chiennes auront un instinct maternel plus ou moins développé ce qui conditionnera au caractère de l’animal pour plus tard. C’est l’une des raisons qui implique qu’il faille prendre beaucoup de temps pour choisir l’élevage ainsi que bien connaître la mère, analyser son comportement pour avoir une petite idée de ce qu’elle peut avoir avec une future portée. On précisera qu’il existe de (nombreux) élevages qui font des portées les unes après les autres pour ressembler à une « usine à chiens ». On appelle à la vigilance et à la prudence.

Au bout de quelques jours, la mère va entamer un processus de détachement. Celui-ci sera progressif. Au début, elle va repousser les chiots quand leurs dents vont faire leur apparition. La mère va avoir mal sur certaines tétées. C’est à ce moment-là que les premiers signaux de repoussement vont se faire apparaître. Puis, elle va devenir de plus en plus dure avec ses chiots. Généralement, à ce moment-là, l’éleveur va raccourcir les temps où la mère et les chiots sont ensemble pour qu’ils commencent à se défaire de leur maman. Cette dernière va considérer ses chiots comme des adultes. Elle refusera tous les types de contacts qui n’ont pas lieu d’être.

Nous avons précisé plus haut, que le chiot se détache réellement de ses parents aux alentours de 4 mois. Or, la loi française autorise l’adoption d’un chiot dès ses 2 mois. C’est à ce moment-là que le second détachement va avoir lieu.

L’animal va chercher un nouveau repère pour l’utiliser comme sa maman. Ce guide sera vous. Il va donc beaucoup s’attacher à vous. Il sera important pour vous de placer le chiot au centre de votre attention pour qu’il ne souffre pas trop du premier détachement. Toutefois, on précisera une chose : il ne faut pas trop en faire, sous peine d’avoir ce phénomène d’hyper attachement. Il faut trouver le juste milieu.

L’anxiété de séparation et l’hyper attachement sont identiques

Les premiers symptômes d’un hyper attachement seront lorsqu’il va être loin de vous, ou hors de sa vue. Vous le laissez dans le salon, vous allez dans la chambre en refermant la porte derrière vous, le chien va subir un état de stress. Il va aboyer, gratter à la porte, geindre ou mâchouiller un meuble. Pour lui, il n’est plus en sécurité. Il a besoin d’être avec vous pour se sentir rassuré et être pleinement concerné.

Le second symptôme que l’on peut repérer chez un sujet qui souffre d’hyper attachement, c’est de retrouver tous les éléments où votre odeur est placée, détruits. On va en premier lieu penser aux vêtements, puis à la télécommande que vous prenez dans les mains, le canapé où vous avez l’habitude de vous situer… Comment expliquer un tel comportement ? Le chien ne connaît pas le sentiment de la vengeance. En revanche, il cherche votre odeur, car elle le rassure. C’est sa manière à lui d’en profiter. Il ne faut pas le grogner quand vous rentrez à la maison. Ce serait un danger. Il ne fonctionne qu’à l’instant présent.

La troisième conséquence de l’hyper attachement sera le chien qui émet plusieurs sons de sa propre gueule : aboiements, pleurs, gémissements… En d’autres termes, il vous appelle.

Le chien qui souffre d’anxiété de séparation peut devenir malpropre. Des accidents peuvent survenir.

Pour éviter que la situation ne s’aggrave, on vous conseille de bien analyser le comportement de votre chien. Au début, il suffira d’écouter ses mouvements quand vous êtes dans une autre pièce… Plus tôt le problème sera identifié, plus grandes seront les chances de trouver des solutions.

Les comportements à adopter pour diminuer l’anxiété de séparation

Tout d’abord, il faudra veiller à ne pas renforcer certains comportements qui peuvent causer l’hyper attachement. Par exemple, tout le monde succombe quand le chien vient vers vous pour des câlins/caresses. Votre rôle est de dire non. C’est vous qui décidez du moment où vous le caresserez, et non pas lui. Quand vous en avez envie, vous l’appelez. Il comprendra que c’est vous qui décidez et pas lui. Les séances de jeux doivent fonctionner sur le même principe. Il ne faut pas qu’il décide le début ou la fin. C’est vous. Sinon, s’il n’a pas envie de travailler, il va se coucher et vous arrêterez automatiquement la séance.

Pour une meilleure cohabitation dans la maison, on recommande souvent la mise en place de pièces interdites. Pour cela, le chien ne doit pas vous suivre partout. Vous allez aux toilettes ? N’autorisez pas le chien à y entrer ni à être derrière la porte. Le plus intéressant serait de le contraindre à être dans une pièce à part. Puis, vous irez le chercher sans pour autant jouer avec lui.

Les situations de stress démarrent souvent quand vous vous apprêtez à mettre un manteau, prendre les clefs de voiture ou encore les chaussures. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à mettre un manteau même pour rester dans la maison, pour le rassurer. Le chien est un animal qui passe son temps à vous observer. Il vous connaît mieux que vous. Soyez vigilant dans les gestes que vous avez.

Certains chiens font de l’anxiété de séparation à cause d’une pièce trop grande. On vous recommandera, dans ces cas-là, d’opter pour une caisse de transport où vous pourrez réduire son espace. Il n’aura plus qu’à surveiller la porte et c’est tout. Toutefois, un long travail d’appréhension doit être mené pour ne pas traumatiser un chien qui n’en a pas l’habitude.

Certains propriétaires n’hésitent pas à laisser des jouets dans la pièce pour qu’il se détende. Ce peut être une solution. Attention à certains jouets que le chien pourrait détruire et avaler par accident.

On rappellera, pour finir, la règle du « pas vu, pas pris ». Le chien a fait une bêtise ? très bien, vous le mettez à l’écart, hors de vue, puis vous nettoyez. Surtout, ne lui montrez pas que vous accordez de l’attention à ce qu’il a fait. Sinon, il va dire « je fais un besoin, elle joue avec, je peux recommencer, c’est drôle ! ». Or, on doute que ce soit le premier message qui vous vient à l’esprit…